Les techniques

L’intervention permet de déplacer l’aréole et de la remonter entre 15 et 20 cm du bord inférieur de la clavicule. Une partie plus ou moins importante de la peau, de la graisse et de la glande mammaire sera enlevée, surtout à la partie inférieure du sein et en arrière de l’aréole. 
Pour les seins peu volumineux, on réaliser une cicatrice autour de l’aréole et une autre à distance qui va permettre de remonter l’aréole de quelques centimètres, d’enlever de la glande (100 à 300 g), de remodeler la glande parfois avec un « filet » de maintien et enfin de fermer la peau (technique dite de « round block »). 
Pour les seins plus gros, on ajoute une cicatrice verticale de l’aréole au sillon sous mammaire qui permet de retirer plus de glande (200 à 500 g) et de redraper la peau sur le nouveau volume glandulaire qui a été reconstruit (technique « verticale pure »). 
Pour les seins très volumineux, une cicatrice dans le sillon sous mammaire sera ajoutée pour mieux réadapter l’excédent cutané au nouveau volume glandulaire (technique en « T inversé »). 
D’autres cicatrices sont possibles : en J, en L. Parfois même, dans les cas extrêmes où la « remontée » est supérieure à 15-20 cm, il faut greffer le mamelon et l’aréole 

 



plus d'infos sur les résultats