Les complications tardives

Elles sont relativement rares, mais parfois gênantes, soit sur les seins reconstruits, soit sur la zone de prélèvement.

  • Sur les seins traités : il peut apparaître des kystes de graisse dans les seins, des zones de scléroses qui durcissent le sein et parfois même des abcès du sein. 
  • Sur la zone de prélèvement : douleurs résiduelles, déformations de la peau ou de certaines zones (avec des creux) et parfois une asymétrie ou un mauvais résultat (voir chapitre « liposuccion). 

De nombreuses études sont en cours pour confirmer l’innocuité du lipomodelage à long terme sur les risques de cancer du sein et de récidive de cancer du sein. Actuellement, ces études semblent montrer qu’il n’existe pas de « sur » risque chez ces patientes, ce qui permet d’augmenter les indications en chirurgie. Mais un délai plus long et un grand nombre de patientes incluent dans des protocoles permettront à terme de confirmer l’innocuité de cette technique dont les bénéfices semblent sans limite dans le sein mais aussi pour de multiples organes.