En reconstruction mammaire

Le lipomodelage est utilisé dans de multiples situations : 

A. Préparation de la paroi thoracique


On réalise le lipomodelage au niveau de la zone de mammectomie avant d’effectuer une reconstruction par prothèse. Souvent la peau de la zone de mammectomie est fixée ou scléreuse ou irrégulière. L’injection de la zone permettra de lui donner une meilleure trophicité (c’est-à-dire plus épaisse), plus souple, plus solide et mieux vascularisée. Cette injection se fera trois ou quatre mois avant la reconstruction par prothèse, sous anesthésie générale, en ambulatoire, le tout sans cicatrice et donc avec des suites très simples. Il permettra de diminuer, voire d’éviter, l’utilisation d’un lambeau musculo-cutané (dorsal, abdominal, ...).

  

Paroi rigide avant injection de graisse        Paroi souple aprés injection de graisse

Un implant va pouvoir être mis en place sur cette paroi plus souple aprés injection de graisse

On évitera donc l'utilisation d'un lambeau abdominal ou de grand dorsal et les cicatrices en +

B. Amélioration de la reconstruction par prothèse


On pourra utiliser le lipomodelage en « resurfaçage » de la prothèse, en périphérie de l’implant (dans le décolleté, en sous axillaire, ...) ou pour améliorer la projection de l’aréole et les cicatrices. On l’associera alors souvent avec des « fasciotomies », c’est-à-dire des micro-incisions à l’aiguille qui permettront de libérer la peau de la sclérose sous jacente et ainsi lui donner une forme normale.

  

Avant injection de graisse en surface          Aprés injection de graisse et reconstruction de PAM

Pas de changement de prothèse necessaire et intervention en ambulatoire

C. Amélioration du volume des reconstructions par lambeau musculo-cutané


L’injection en un ou deux temps de graisse dans le lambeau permettra de lui donner la forme et le volume souhaités comparables à l’autre sein.

     

Avant lambeau de grand dorsal                   Aprés lambeau de grand dorsal (trop petit)

                                            

                                     Aprés injection de graisse et reconstruction de PAM


 

Télécharger la fiche d'information SOFCPRE

D. Amélioration des séquelles esthétiques du traitement conservateur du cancer du sein


Ces séquelles donnent souvent des seins plus petits, rétractés dans une zone, avec parfois une peau adhérente sur une dépression. L’injection de graisse dans cette zone permettra d’améliorer la trophicité, la souplesse, le volume, la forme et même la peau du sein. Plusieurs injections seront souvent nécessaires.

  

Séquelle aprés traitement K du sein         Correction du défect par injection de graisse

 

E. Reconstruction mammaire par lipomodelage exclusif


On pourra utiliser le lipomodelage pour reconstruire un sein en totalité, uniquement avec de la graisse en 2 à 5 injections itératives effectuées tous les 3 ou 4 mois jusqu’à obtention du volume souhaité. On peut facilement reconstruire des seins de petit volume en 2 ou 3 séances si la peau est souple et de bonne qualité. Pour les seins plus volumineux, 2 ou 3 séances supplémentaires seront nécessaires ; on pourra même utiliser un système de « succion » de la peau par une sorte de ventouse qui est mis en place huit heures par jour un mois avant chaque intervention. Il s’agit du système « BRAVA » qui permet de mieux préparer la zone et donc d’injecter plus de graisse en une seule séance. Ce système est contraignant et n’est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Il représente donc un coût supplémentaire à la reconstruction mammaire.

     

    Aprés mastectomie et 1 injection                       Deuxiéme injection de graisse

                                              *

                          3 éme injection de graisse et reconstruction du mamelon et de l'aréole

 

Reconstruction par injection de graisse exclusive  Résultat aprés 3 injections de graisse

                  Avant la Mastectomie                                Aprés la reconstruction par 3 injections de graisse